Pour l’abolition de la note scolaire
Accueil > Voix pour l’abolition > L’éclairage de l’Histoire > L’éclairage de l’Histoire

L’éclairage de l’Histoire

Articles de cette rubrique


Qui a eu cette idée folle, un jour, d’inventer (les notes à) l’école ? (L’éclairage de l’Histoire)

Petite histoire de l’évaluation chiffrée à l’usage de celles et ceux qui désirent s’en passer (et des autres)
lundi 13 octobre 2008

Albert ANKER, L'examen, 1862 (Musée de Berne)

Supprimons la note ! Abolissons ce carcan ayant tenu des générations de potaches en esclavage. Renonçons à l’évaluation chiffrée, aux calculs alambiqués de moyennes, aux impasses de la sélection arithmétique. Alors viendra le Grand Soir, celui d’une pédagogie réconciliée avec elle-même, sans carotte ni bâton. Sans note, pas de compétition malsaine, pas de hiérarchie nauséabonde. Une aube nouvelle se lèvera sur les classes : les élèves y seront plus solidaires, les enseignants plus sereins, les parents mieux informés. Le savoir retrouvera tout son sens, l’enseignement en sera différencié, les apprentissages facilités et l’échec scolaire éradiqué.



L’école de la mesure - Rangs, notes et classements dans l’histoire de l’enseignement (L’éclairage de l’Histoire)

Article paru dans “L’Éducateur”, numéro spécial “Un siècle d’éducation en Suisse Romande” (2), mars 2003, p. 33-37
mercredi 15 octobre 2008

Le métier d’élève a son salaire au mérite : c’est la note. Comment motiver les travailleurs, comment signifier leur valeur, et comment en informer les parents si l’on ne peut pas quantifier la qualité de leur travail et de leur conduite au travail ? Il est difficile, aujourd’hui, d’imaginer une école sans note. Pourtant, la note est comme l’école : une “idée folle” qu’il a bien fallu inventer, et qui peut encore évoluer.

Claparède [2] ne voulait pas une école de la mesure, mais une école sur mesure. Une école qui mette les expédients des bonnes et des mauvaises notes, des rangs, des concours et des prix au rancart de l’enseignement. Au moment où le rancart s’entrouvre, et où le débat pédagogique devient un débat politique, pourquoi ne pas remonter aux sources de la note pour voir s’il est prudent ou imprudent d’ “expédier les expédients” ?



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 130275

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Voix pour l’abolition  Suivre la vie du site L’éclairage de l’Histoire   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 10000